Déambulations de la Funambule : Un souffle printanier sur le Salon d’Automne

Pour sa 114ème édition le Salon d’Automne s’est déroulé du 12 au 15 octobre 2017 sur l’avenue des Champs-Élysées. Le Salon d’Automne est l’occasion de découvrir les créations de l’art contemporain loin du marché de l’art et de la FIAC : l’échange et les rencontres sont à l’ordre du jour. Ce fut l’occasion pour la Funambule d’explorer les allées du salon et de s’entretenir avec Sylvie Koechlin, présidente du Salon d’Automne.

Les artistes mis à l’honneur : des artistes engagés

Pour cette 114e édition, Jacques Villeglé a accepté d’être le parrain du Salon d’Automne. Cet artiste des Nouveaux Réalistes a marqué l’histoire de l’art par son geste à la fois artistique et socio-politique, un acte qui place le salon sur un ton engagé pour cette édition. Villeglé est surtout connu pour son alphabet socio-politique qu’il a élaboré depuis les années 1970. Il retient des signes vus sur les murs dans le métro, la rue, les lieux publics et en fait un alphabet politisé.Cet alphabet lui a été inspiré par la vue d’un graffiti qui,en 1969 , reprenait le nom du président américain Nixon avec des signes politiques, et par la lecture du Viol des foules par la propagande politique de Serge Tchackhotine de 1939, qui démontre la force du symbole dans la rue. Il a donné l’autorisation au salon d’automne d’utiliser cet alphabet pour designer la charte graphique si atypique de cette édition.

villegle
Alphabet socio-politique de Villeglé

L’invité d’honneur Yvon Taillandier est un ami de Villeglé, son style est très différent. C’est un art coloré peuplé de personnages biscornus, déformés. Prenant sa source dans la période post-trente glorieuse, il prend, malgré tout, le parti d’un progrès positif. Il voit le monde moderne et celui à venir comme un monde connecté où l’échange est le maître mot.

Ces artistes sont mis à l’honneur mais d’autres grands noms et d’autres découvertes ponctuent les stands des deux halls qui composent le salon d’automne.

Les coups de cœur de la Funambule

La Funambule a pu découvrir au gré de ses déambulations des petites pépites. Alain Kramer dont la femme présentait l’œuvre est un photographe qui pratique la peinture photographique. Avec son appareil il capte les détails d’un objet et en fait ressortir le relief et la texture. Au Salon la paroi d’une pirogue écaillée de très près semble être une toile dans la section photographie : une merveille.

SEN-201601-29-RVB
Alain Kramer, SEN-1601-29, 2015

Plus loin, l’artiste graveur Carole Texier nous présente son nouveau livre d’artiste au concept original qui rappelle les Mains libres de Man Ray et Eluard : c’est le texte d’un poète contemporain qui illustre les gravures et non l’inverse. Une de ses linogravures était également parmi l’accrochage.

rêver
Elle M Rêver, Françoise Francq, patine, 45x25x26

Enfin la sculpture satinée en fonte à la cire perdue de Françoise Francq nous a marqué par sa naïveté alliée à une grande technicité. Rêver est une œuvre pleine d’onirisme et de féminité qui détonnait parmi les sculptures très conceptuelles du salon.

Encore une fois le salon d’Automne nous offre la diversité. Il y en a pour tous les goûts et s’offrent à nous des grands noms comme des nouvelles images de jeunes artistes.

L’esprit du salon : une histoire séculaire

Madame Koechlin, sculptrice et présidente du salon met en avant la politique du salon à laquelle les organisateurs sont fidèles depuis 1903 : « La présence d’environ 900 artistes, de 45 nationalités représentées, est la preuve que cette exposition tient une place prépondérante et pérenne dans le paysage artistique et culturel actuel. ».

braque
Affiche pour le Salon d’Automne 1958 réalisée par Braque

Créé au Petit Palais en 1903, le Salon d’Automne dès ses origines se place contre l’art officiel des Beaux Arts et du Salon Officiel, dans la droite lignée du Salon des Refusés, il accueille les artistes en marge. Depuis il s’est imposé comme acteur et témoin essentiel de l’émergence des plus importants mouvements artistiques du XXème siècle, Fauvisme, Surréalisme, Cubisme, Art abstrait, Nouvelle Figuration, Art singulier etc. Il se caractérise par une pluridisciplinarité et une absence de hiérarchie dans les arts : la photographie, la gravure, la peinture, la sculpture, tous ont leur place. De plus le salon ne décerne pas de prix.

Enfin Sylvie Koechlin nous informe de la sortie prochaine d’un ouvrage exceptionnel recensant toutes les affiches du Salon d’Automne depuis sa création, ainsi qu’un catalogue raisonné des artistes présents sur le salon de 1903 à 2018. Le format et la richesse de ce catalogue dépendra du nombre de souscriptions, vous pouvez trouver le formulaire de souscription, si cela vous intéresse, en cliquant sur le lien.

Pour conclure, cette édition était riche en découvertes et en rencontres, une expérience à réitérer dès l’année prochaine !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s