Déambulations de la Funambule : Les arts au présent à la mairie du Vème

La mairie du Vème arrondissement de Paris accueille du 28 septembre au 30 octobre une exposition pas comme les autres : La présence de la Peinture en France 1974 – 2016. La Funambule a pu découvrir cet accrochage et s’entretenir avec le commissaire d’exposition : Vincent Pietryka.

Une exposition, un contexte

IMG_1785
E. Desmazières, Atelier René Tazé VI, 1993,  eau-forte et aquatinte

Mais que se cache-t-il derrière ce titre vague qui donne libre cours à l’imagination la plus débordante ? Il s’agit d’une exposition rassemblant des peintures, sculptures et gravures d’André Boubounelle, Érik Desmazières, Gérard Diaz, Philippe Garel, Denis Prieur, Gilles Seguela, Sam Szafran, Ivan Theimer, Jean-Pierre Velly, Pascal Vinardel sélectionnées par Marc Fumaroli, président de l’Association française pour les arts. C’est avec son ami Vincent Pietryka qu’il avait le projet de longue date de faire cette exposition.Ces artistes contemporains loin de la FIAC et du Palais de Tokyo, développent un art intimiste et dit figuratif. Vincent Pietryka dit ne pas aimer ce terme ni celui « d’abstrait » qui remonte à Aristote et serait trop vague. Ce professeur de philosophie, ancien galeriste de la rue de l’Université a voué sa vie à sa passion pour les dix artistes ici présents. Ils sont liés entre eux depuis les années 80 où de nombreuses expositions les associaient déjà semblerait-il. Le président Mitterrand lui même, les collectionnait : «  Un Vinardel figurait au dessus de son canapé » nous dit humblement M. Pietryka. Effectivement ces artistes s’ancrent manifestement dans leur époque et paysage politique, au moment où la culture est sur le devant de la scène. Parmi les œuvres d’Yvan Theimer nous admirons des dessins préparatoires pour l’Élysée emprunt de néo-classicisme puisant dans les références antiques et mythologiques.

Néanmoins si l’exposition prend ses racines dans les années 80 elle ne s’arrête pas là.

Un regard sur l’art et sur le monde

IMG_1787
Plafond de la salle des mariages de la mairie du Vème arrondissement

Les œuvres exposées, comme le titre de l’exposition l’indique, couvrent la période jusqu’à aujourd’hui. L’unique salle des mariages utilisée pour l’exposition présente côte à côte les dix artistes, dates mélangées et styles variés se côtoyant. Nous passons du colorisme des toiles de Szafran et Diaz au réalisme des eaux-fortes de Desmazières en passant par la sobriété des dessins de Velly. Tout ce beau monde exposé sur de sobres murs blancs, le fameux « white cube » de l’art contemporain contraste avec le décor « art déco » de la salle des mariages de la mairie du Vème. Pourquoi un tel choix ? Aucun panneau explicatif, seul le titre de l’exposition et ceux des œuvres viennent orner sobrement ces murs au côté des œuvres. A cette interrogation, Pietryka répond être pour la rencontre de l’individu avec l’œuvre sans barrière. Il raconte les visites d’enfants où s’instaure le silence pour savourer cette rencontre inédite. Il semblerait que  chacun pourrait entrer en relation avec la toile sans intermédiaire.

IMG_1784

Pietryka ajoute ne pas être contre un éclairage après cette rencontre à travers le catalogue mais surtout par les rencontres avec les artistes organisées par l’exposition. Une de ces rencontres avait justement lieu le soir même.

A la croisée des arts

A 18h30 avait lieu la rencontre entre Pascal Vinardel, peintre et Jérôme Ducros, compositeur et pianiste animé par Vincent Pietryka. Après l’intervention de Madame le Maire, la première question se fait entendre : « D’où vient la peinture, d’où vient la musique? » Cette question inaugure le développement des deux artistes autour de l’idée d’un art à échelle humaine. L’art serait le moyen pour cet animal conscient de saisir un monde qu’il ne comprend pas, qu’il ne sait pas savourer par ses simples sens : L’artiste veut posséder ce qu’il voit nous dit Vinardel. La peinture c’est « l’écriture de la vie comme le terme grec ou russe le laisse penser ». Une recherche de la beauté décomplexée lie manifestement les deux artistes. Il est regrettable que ces intervention ne laissent pas de Place aux commentaires du public.

D’autres interventions ponctueront l’exposition jusqu’à sa clôture, le programme est disponible sur le site de la mairie du Vème arrondissement. Cette exposition est l’occasion de vivre une expérience originale.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s